Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

jeudi 20 avril 2017

Reconnue travailleuse handicapée, Amandine voudrait simplement retrouver du travail

LE MONDE | Par 

Amandine, chez elle, à Toulouse.
Amandine, chez elle, à Toulouse. Arno Brignon pour Le Monde
Elle porte des lunettes de soleil et une légère veste de cuir noir, assortie à ses cheveux. Elle ne cherche pas, par là, à passer incognito. Nous ne sommes pas dans un polar mais à Toulouse, au milieu d’une journée de février qui affiche un soleil précoce. D’ailleurs, ce serait plutôt tout le contraire, la jeune femme en a plus qu’assez de se sentir ni vue ni entendue.

A 30 ans, Amandine est travailleuse handicapée. Ou du moins a-t-elle été reconnue comme tel. Dans les faits, c’est plus compliqué. Tout commence par ce qu’elle appelle avec pudeur « un accident de vie », en 2013, suivi d’un mois d’hospitalisation. Un diagnostic est posé : la cyclothymie, une forme de maladie bipolaire, une affection qui ne se voit pas mais est invalidante. C’est le début d’une nouvelle vie sous traitement médicamenteux et dans les méandres de l’administration.

L’école française, pas si « anxiogène »

LE MONDE | Par 

Et si l’anxiété, le stress, la pression scolaire étaient des maux moins répandus à l’école qu’il n’y paraît ? Si les élèves français en faisaient une expérience et un récit un peu moins aigus qu’on ne le dit ?

Du rapport sur le « bien-être des élèves » rendu public par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), mercredi 19 avril, ressort un tableau en demi-teinte de notre système éducatif. D’une enquête PISA à l’autre, celui-ci se caractérise pourtant par sa propension à trier les élèves, à exacerber les inégalités. C’est, précisément, de la dernière mouture du Programme international pour le suivi des acquis des élèves à 15 ans (PISA), dont les résultats ont été donnés en décembre 2016, que la matière première de cette enquête est tirée.

Lors de la passation des tests informatisés dans la cinquantaine de pays membres de l’OCDE, en 2015, les adolescents ont été questionnés sur leurs relations avec leurs camarades, leurs enseignants ; la qualité des échanges en famille ; ce qu’ils font – ou ne font pas – de leur temps. Et, nouveauté, incités à « noter leur vie » sur une échelle allant de 0 à 10.

mercredi 19 avril 2017

Les noms et les couleurs de la « dédiabolisation du Front national »

LE MONDE  | Par 
« Le bleu devient à l’époque contemporaine la couleur de la paix, après avoir été celle de la royauté au Moyen Age. On sera surpris d’apprendre que peu à peu au niveau vestimentaire, les costumes noirs deviennent bleu marine dans les sombres années 1930 » (Marine Le Pen le 17 avril à Paris).

TRIBUNE. D’aucuns se demandent quand a commencé la dédiabolisation du Front national (FN). Certains répondent que c’est en 2011, date à laquelle Marine Le Pen en a pris les rênes. Puis les signes en forme d’euphémismes n’ont cessé de se multiplier. On l’appela « Marine » tout court, à la manière des nouvelles stars fabriquées par la télé-réalité ou les grands shows de prime time. Leur absence de patronyme venait indiquer qu’elles étaient si proches, presque de la même famille que vous, puisque aucun nom ne venait faire frontière entre vous et elles. Elles étaient comme des orphelines à adopter.

De la même manière que Marine se substitua dans un premier temps à « Le Pen », le signifiant « Front national » fut étouffé sous le Rassemblement Bleu Marine [lancé en 2012, dissous en 2016]. Mais, pour l’électeur, Marine n’est rien sans le signifiant Le Pen, de même que le Rassemblement Bleu Marine ne vaut rien si ce n’est qu’il recouvre avec délicatesse le nom du FN.

Quand un antibiotique vous envoie en psychiatrie

Le Monde Blogs  , par Marc Gozlan

Une femme de 61 ans souffrant d’un ulcère de l’estomac se voit prescrire par son médecin généraliste des antibiotiques. La routine. A ceci près que ce traitement va conduire cette patiente à être hospitalisée d’urgence en psychiatrie.
Cinq jours auparavant, Mme H. a débuté un traitement comportant trois antibiotiques pour un ulcère gastroduodénal. Cette lésion de la paroi interne de l’estomac, ou de la première partie de l’intestin appelée duodénum, résulte d’une inflammation chronique due à la bactérie Helicobacter pylori.

Les fédérations hospitalières claquent la porte du nouvel organisme en charge des données de santé

18.04.2017
Créé par la loi santé le nouveau "système national des données de santé" (SNDS) censé favoriser la recherche et améliorer les politiques publiques ne fait pas l'unanimité. Alors que ce système regroupe depuis début avril le Système national d'information inter-régimes de l'Assurance maladie (Sniiram) et le Programme de médicalisation des systèmes d'information des hôpitaux (PMSI), toutes les fédérations hospitalières ont annoncé mardi leur refus d'adhérer à cet organisme.

Des médecins, des féministes et le planning familial réclament la pilule sans ordonnance

Amandine Le Blanc
| 18.04.2017

#liberezmapilule , c’est sous ce slogan qu’un collectif vient de lancer une campagne pour demander la mise en vente d’une pilule progestative sans ordonnance avant le 8 mars 2018, prochaine Journée internationale des droits des femmes. À l’origine de ce projet un collectif de pharmaciens, le planning familial, des professionnels de santé comme Baptiste BeaulieuMartin WincklerDominique Dupagne ou Jaddo, ou encore des collectifs ou personnalités féministes comme Caroline de Haas ou Clara de Bort. Dans une lettre ouverte adressée aux laboratoires pharmaceutiques ainsi qu’à l’ANSM et l’EMA (Agence européenne du médicament), tout ce monde s’engage car « il est temps désormais que les femmes françaises et européennes disposent des mêmes droits et de la même accessibilité au moyen de contraception de leur choix », souligne la lettre ouverte.

PSYCHIATRIE L'absence d'interprète pour un patient non francophone empêche l'hospitalisation sous contrainte

Un patient non francophone qui ne serait pas assisté d'un interprète pour, a minima, se voir notifier clairement ses droits, ne pourra être hospitalisé sous contrainte. C'est ce qui ressort pour l'essentiel d'une décision du tribunal de grande instance (TGI) de Rennes (Ille-et-Vilaine) du 3 mars dernier. Le juge des libertés et de la détention (JLD) a signé une ordonnance de mainlevée en hospitalisation complète d'un patient britannique au CH Guillaume-Régnier à Rennes. Il a en effet constaté que le patient, "du fait de sa non-maîtrise de la langue française et de l'absence d'interprète à ses côtés aux différents stades de la procédure d'hospitalisation sous contrainte, tant dans ses rencontres avec les psychiatres que lors de la notification des décisions le concernant [...], n'a jamais été placé en situation de comprendre sa situation administrative ni de faire valoir ses droits, directement ou pas un tiers mandaté".

La formation rénovée des accueillants familiaux entrera en vigueur au 1er juillet

Dans le cadre de la loi Vieillissement, le Gouvernement a souhaité redonner un nouveau souffle à l'accueil familial, modalité d'accompagnement des personnes âgées et handicapées assez peu utilisée. La formation des accueillants familiaux est notamment réformée et un décret publié le 16 avril au Journal officiel en dessine les nouveaux contours. Ces nouvelles règles entrent en vigueur au 1er juillet 2017.

HANDICAP Le dernier baromètre Handéo souligne l'étonnante divergence des MDPH dans l'accord des dossiers PCH

Avec le soutien du groupe Apicil, de la Direction générale des entreprises (DGE) et le ministère de l'Économie et des Finances, Handéo s'est penché, dans le cadre de son baromètre de l'observatoire national des aides humaines Handéo'scope, sur le traitement de la prestation de compensation du handicap (PCH) par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). D'après l'analyse des rapports d'activité 2014 des MDPH répondantes (60% des structures), le constat est sans appel : l'accès à l'aide humaine s'avère "à géométrie variable".

Une étude pointe la nécessité de détecter et prendre en charge précocement les troubles de l'humeur

 - HOSPIMEDIA
Une étude de Santé publique France souligne l'importance de détecter et prendre en charge précocement les troubles de l'humeur, dépressifs ou bipolaires notamment, afin d’éviter leur chronicisation et le passage à l’acte suicidaire. Des disparités régionales importantes de prise en charge sont observées, relevant de multiples facteurs.

Troubles psychologiques : 3,4 % d'Américains touchés, une proportion en hausse

Coline Garré
| 18.04.2017
Plus de 8,3 millions de personnes, soit 3,4 % des Américains, souffriraient de troubles psychologiques : sentiment de tristesse, agitation, ou irritabilité, selon une étude parue en ligne dans la revue « Psychiatric services », qui se fonde sur les statistiques fédérales de 2006 à 2014 (l'enquête annuelle des CDC auprès de 35 000 ménages américains représentant plus de 200 000 adultes, de toutes ethnies et groupes socio-économiques). Cette proportion s'accroîtrait : une précédente enquête effectuée il y a plus de dix ans estimait que moins de 3 % des Américains présentaient de tels troubles.

Conditions indignes à la prison de Fresnes : l'État de nouveau traduit en justice

Coline Garré
| 18.04.2017
L'observatoire international des prisons (OIP) saisit le juge des référés du Tribunal administratif de Melun (Seine-et-Marne), pour dénoncer les conditions d'incarcération indignes à la prison de Fresnes, avec le soutien des Barreaux de Paris, du Val-de-Marne, de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, du Syndicat des avocats de France, de l'Union des jeunes avocats de Paris et de l'Association des avocats pour la défense des droits des détenus.

Grève de foi dans les hôpitaux publics

Par Eric Favereau — 

Jeudi, au CHU de Limoges. Quatre salariés se sont mis en grève de la faim (dont les deux de gauche et la personne au fond à droite, accompagnés par la secrétaire CGT de l’hôpital).

Jeudi, au CHU de Limoges. Quatre salariés se sont mis en grève de la faim (dont les deux de gauche et la personne au fond à droite, accompagnés par la secrétaire CGT de l’hôpital). Photo Thierry Laporte

Manque de moyens, absentéisme, souffrance au travail… Les nombreux problèmes observés dans le monde de la santé s’aggravent. Au point qu’à Limoges, pendant une semaine, quatre salariés ont organisé une grève de la faim, une première dans un établissement médical.


L'arrêté sur la réforme du 3e cycle est publié tandis que les internes entrent en grève illimitée

L'arrêté organisationnel de la réforme du 3e cycle des études médicales est paru au Journal officiel du 14 avril. Il reste toutefois certains points de la réforme à éclaircir et notamment les maquettes des différentes spécialités, qui font toujours débat. Les internes maintiennent leur préavis de grève illimitée à compter du 18 avril.

mardi 18 avril 2017

« Si on vous dit maladie mentale, qu'est-ce qui vous vient à l'esprit ? »

Handicap.fr

 Pour connaître les représentations liées à la santé mentale, Karima Manaa et Anissa Tizit, deux étudiantes de l'Institut de Formation des Soins Infirmiers (IFSI) de Strasbourg, ont posé la question en images. Les réponses rencontrées sont toutes regroupées dans un clip de près de trois minutes (disponible en lien ci-dessous). Une vidéo intéressante, publiée en mars 2017 à l'occasion des Semaines de la santé mentale (du 13 au 26 mars), qui donne à voir ce que beaucoup pensent de la maladie.

lundi 17 avril 2017

Philip Henry Gosse était fou mais ses illustrations scientifiques sont incroyables


dimanche 16 avril 2017

LE GENIE DES MODESTES (4e édition)

Résultat de recherche d'images pour "france 3 normandie"
Le centre abbé Pierre – Emmaüs d’Esteville près de Rouen propose la 4ème édition de l’exposition Le génie des Modestes. Elle présente des œuvres originales d’art brut et singulier. 

Résultat de recherche d'images pour "Le Génie des modestes au centre abbé Pierre - Emmaüs d’Esteville"


samedi 15 avril 2017

Des orientations politiques claires sont attendues pour réformer le financement de la psychiatrie


LE FAIT

La fixation d'orientations claires par le ministère de la Santé devrait être le préalable à toute réforme de la psychiatrie, préviennent des représentants de directeurs et de praticiens hospitaliers. Une clarification sur le sens de cette réforme est notamment demandée au regard des travaux techniques en cours, en parallèle du Copil à la DGOS.

L'ANALYSE

La réforme du financement de la psychiatrie, tant attendue par les acteurs de la discipline (lire notre analyse), a besoin d'orientations politiques claires a priori pour être engagée sur de bonnes bases. C'est la teneur du message que font passer actuellement des représentants des directeurs d'hôpitaux et de praticiens hospitaliers, ouvertement ou à mots couverts, que ce soit en réaction au récent rapport d'Olivier Véran ou sollicités par Hospimedia.

Le GHT Alpes-Dauphiné témoigne des enjeux liés à la psychiatrie dans un groupement "généraliste"

Lors de la dernière réunion du comité de suivi des groupements hospitaliers de territoire (GHT), l'exemple du GHT Alpes-Dauphiné a été présenté. Il a permis d'illustrer les enjeux liés à la psychiatrie dans un GHT polyvalent et les impacts de l'intégration de cette discipline, priorité du projet médical partagé, sur l'ensemble du champ sanitaire.

Gilles Dowek, un maître en logique porté par le hasard

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO  | Par 

Gilles Dowek en 2014.

Le croirez-vous ? Par hasard, on peut devenir chercheur en informatique. Par hasard, on peut contribuer à introduire une réforme importante dans les programmes de l’enseignement. Par hasard, on peut être ­honoré d’un prix de philosophie par l’Académie des sciences…

C’est ainsi qu’humblement Gilles Dowek, ­directeur de recherche à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) et professeur associé à l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay (ex-ENS Cachan), ­résume quelques facettes de son parcours. ­Hasards, vraiment ? « Gilles est quelqu’un de vraiment brillant », souligne Serge Abiteboul, autre chercheur en informatique avec qui il a écrit son nouveau livre, Le Temps des algorithmes (Le Pommier, 192 p., 17 euros).

Dépasser son handicap en créant sa chaîne sur YouTube

Pour extérioriser leurs sentiments, certains ont choisi de poster des vidéos sur la plate-forme.

LE MONDE  | Par 

Elsa a lancé sa chaîne beauté Elsamakeup sur YouTube en 2010.
Elsa a lancé sa chaîne beauté Elsamakeup sur YouTube en 2010. YouTube / Elsa Makeup

A en croire ses 768 000 abonnés, Elsa serait ni plus ni moins que « la meilleure youtubeuse de la terre entière » : « Trop belle »« magnifique »« rayonnante »« sublime »… Les commentaires, sous son dernier « haul » (vidéo promotionnelle), sont pour la plupart élogieux. Seuls quelques-uns dénotent : « Rien de grave sur ton épaule ? », demande ainsi Maissa, une internaute ; « moi aussi, j’ai vu et je me demande ce qu’elle a », répond une autre ; « en début de vidéo, elle n’a pas [ça], je pense qu’elle s’est juste grattée et sa peau est sûrement très réactive », diagnostique une troisième.
Sur le haut du bras droit d’Elsa, une simple petite tache rouge, qu’elle remarque sans sourciller, entre deux présentations d’highlighters.


Des abonnés « très attentifs »


Cela fait des années que ça dure. A chaque fois qu’Elsa (qui préfère que l’on n’écrive pas son nom) a l’air un peu fatigué, ou que quelque chose d’anormal transparaît sur son corps, les commentaires inquiets défilent sur sa chaîne Elsamakeup. « En effet, [mes abonnés] sont très attentifs, parfois trop, assure la youtubeuse beauté, l’air amusé. Ce type de remarque est très courant. Je suis convaincue que ça part d’un bon sentiment, mais parfois c’est fatiguant de devoir tout justifier. »

Si ses fans se soucient autant de la santé d’Elsa, c’est parce que la jeune fille de 26 ans est malade depuis toujours. A sa naissance, on lui diagnostique une dysplasie spondylo-épiphysaire, qui entraîne une malformation et un retard de croissance du bassin. Grâce à un bon médecin et à beaucoup d’hospitalisations, la youtubeuse peut continuer à marcher. Puis elle attrape une scoliose. C’est « assez fréquent », les médecins ne s’inquiètent pas trop, lui proposent tout de même de l’opérer à ses 14 ans pour stabiliser sa colonne. Elsa se réveillera paraplégique, sans que personne ne sache pourquoi. Dans son nouveau fauteuil, avec « tout à réapprendre », et beaucoup de questions restées sans réponse, l’adolescente plonge peu à peu dans la dépression.